jeudi 17 juillet 2008

22:24
3

Que partagent donc La Première Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules de Philippe Delerm et Le fabuleux destin d’Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet ? Réponse : l’art de nous transporter dans leur univers grâce à mille menus détails qui mettent tous nos sens en éveil.

Quand l’un de ses personnages allume une cigarette, Jean-Pierre Jeunet ne filme pas quelqu’un qui fume. Il nous fait plutôt vivre le spectacle d’une cigarette qui se consume : d’abord le crépitement du papier qui s’enflamme, puis la savoureuse inspiration de la première bouffée, combinée à l’incandescence écarlate des mille petites feuilles de tabac qui s’allument.

Pour réussir à traiter toutes ces intenses expériences sensorielles simultanément, notre cerveau doit déléguer le reste au subconscient. Nous « oublions » alors la réalité l’espace d’un instant : nous perdons la conscience du lieu, du temps, des sensations du moment pour nous plonger complètement dans l’univers de Jeunet.

C’est à la fois l’intensité des expériences décrites et la sollicitation de tous nos sens qui rend irrésistible ce type de scène. La chaleur est brûlante, le rouge est vif, l’inspiration est lente et profonde, le crépitement (d’habitude presque inaudible) remplit l’espace. L’expérience est à la fois intensément visuelle, olfactive, auditive, gustative, et tactile.

Si vous aussi vous voulez captiver l’imagination de vos interlocuteurs et démultiplier ainsi la puissance du storytelling, pensez donc à éveiller tous les sens intensément. Insérez mille petits détails et descriptions. Ils devront non seulement être facile à visualiser, mais encore plus facile à sentir, à toucher, à savourer…

3 commentaires:

Aztek a dit…

C'est aussi le genre de scène qui peut soudainement donner envie de fumer au spectateur... Les neurones-miroir ont vraisemblablement un lien direct avec l'inconscient...

André a dit…

Je suis aussi fan de Jeunet et de Delerm, Philippe et aussi Vincent, qui tous deux m'inspirent dans l'écriture d'histoires (vraies) de coaching ; et je trouve que vos lignes rendent ici avec brio la singularité de ces "artistes de l'instant".
Bravo aussi de proposer de partager notre univers sensoriel dans toutes nos dimensions !

Anonyme a dit…

Saluuuuut!

Je glisse un petit mot pour dire que je trouve ton blog vraiment très intéressant. J'espère que de nouveaux articles ne sauraient tarder!