dimanche 1 juin 2008

19:25
2
optimisme bonheur Tal Ben Shahar

La quête du bonheur. J’ai la sensation que le sujet suscite chaque jour un peu plus d’intérêt dans nos sociétés. La dépression plus ou moins aigue gagne du terrain avec le matérialisme et des courants entiers de la psychologie positive se développent.

C’est ainsi que Tal Ben-Shahar donne un cours consacré au bonheur à l’université de Havard. Il a aussi publié un ouvrage intéressant sur le sujet.

Plusieurs études ont par ailleurs démontré que les optimistes vivent plus longtemps et plus heureux que les pessimistes.

Je vous propose donc d’adopter l’optimisme et de le partager avec votre entourage, à qui il fera autant - voire plus - de bien qu’à vous-même. J’ai justement remarqué récemment que la plupart de mes amis proches sont d’un naturel optimiste. Je pense a posteriori que c’est une des principales raisons qui fait que je me sens bien avec eux. Un optimiste vous réconforte, fait taire votre dialogue intérieur négatif.

Comment faire quand on est moyennement heureux soi-même ? Voici mes trois secrets favoris :
1. Levez-vous tous les matins en vous disant "Aujourd’hui est le premier jour du reste de ma vie". Ca change complètement notre vision du monde.
2. Appliquez les conseils de Tal Ben-Shahar dans son "Apprentissage du bonheur" : trouver les activités, au quotidien, qui vous procurent à la fois PLAISIR (immédiat) et SENS (à moyen terme)
3. Couchez-vous tous les soirs après vous être remémoré les trois meilleurs moments de la journée

Enfin, dîtes-vous intérieurement en toute situation « Ca va bien se passer », je vous promets ça marche !

2 commentaires:

Nicolas a dit…

Bonjour,

je suis moi même adepte de la première solution. A chaque fois que je me sens mal, que je suis trop négatif, je me dis intérieurement: "Hé, tu vis, tu as la santé! Profites et ne perds pas ton temps en stressant/déprimant/etc"

Bonne continuation...

Patricia GOYENETCHE a dit…

Merci Fabien pour ton commentaire sur mon blog "Et pourquoi pas" http://p.goyenetche.blog.sudouestjob.com

Quand je suis dans un environnement agréable, chez moi ou des amis, que je me sens en sécurité, mon optimisme est très élevé. Je me sens comme pousser des ailes et je suis sûr que rien ne peux m'arriver.

Quand je suis dans un environnement inconnu avec des personnes inconnues, je suis sur mes gardes. Je suis toujours mon optimisme, mais je dois me motiver pour ne pas laisser les stéréotypes envahir mon esprit.

Quand je suis dans un lieu hostile avec des personnes hostiles, je me sens en danger. Je me referme sur moi, et mon optimisme est remplacé par ma vigilance et ma peur. Mes préjugés et mes stéréotypes prennent le dessus. Difficile de mettre en oeuvre mon côté positif et de croire que ces gens là ne me veulent pas de mal.

Ce que je veux dire ici, c'est qu'être optimiste tout le monde l'est lorsqu'il est en situation favorable. Cela peut même devenir de l'arrogance. Mais en situation défavorable, le mettre en pratique est extrêmement difficile.

Au plaisir de te lire ici, et aussi sur mon blog à travers tes commentaires.